Exposition : La couleur dans l’estampe japonaise


 Exposition : La couleur dans l’estampe japonaise – Du 22 janvier au 10 mars 2014 

Le musée Guimet présente une partie de sa collection d’estampes japonaises, à travers une exposition thématique de quelques œuvres sur papier, visant à illustrer l’apparition de la couleur dans ce genre pictural.

Située au 2e étage du musée, au centre de notre parcours, cette exposition s’intègre entre les collections permanentes des salles dédiées aux arts du Japon, en passant parmi les grands paravents japonais du musée, qui annoncent déjà en quelque sorte, la couleur !

C’est dans un univers volontairement rendu assez obscur de la grande rotonde, situé au dessus de la bibliothèque, que nous nous immergeons dans la richesse de ces peintures d’un autre genre. Il est intéressant de découvrir l’univers des estampes sous une approche nouvelle, à travers un angle particulier – la naissance de la couleur dans l’image dés le XVIIe siècle et tout au long du XVIIIe siècle.

Au XVIIe siècle apparaissait une tendance à reproduire par l’art de la gravure, les différents aspects de la vie japonaise. Celui-ci semble plus accessible à différentes catégories sociales et apporte une véritable nouveauté sans aucune référence interposé de l’art chinois. C’est l’apparition de l’Ukiyo-e, né à l’époque de la littérature populaire, traduit avec une grande poésie – ‘ Images du monde flottant ‘ .

Cette exposition offre une vision intéressante de l’effet que l’utilisation de la couleur peut avoir dans le traitement de la gravure dans le rendu d’un personnage, l’expression du mouvement ou encore dans la simplicité d’une scène de genre. Elle met en lumière la relation entre la force du trait et la justesse de ce que dévoile un aplat coloré. Ces estampes sont réalisés par de grands maîtres : Nishikawa Sukenobu ou Okumura Masanobu pour ne citer qu’eux.

Bien avant l’avènement des images dites de ‘Brocart’ riches de couleurs et de personnages dans des paysages parfois plus complexes, cette exposition nous offre à contempler les premières tentatives d’introduction de la couleur dans l’image.

Mélanie Baltazar

 

Shôki

Okumura Masanobu

Shôhi, le tueur de démons
Epoque Edo – Vers 1754
Sumizuri-e
Musée Guimet – Paris

 

Yoshiwara à Edo

Anonyme

Le Yoshiwara à Edo
Epoque Edo – Première moitié du XVIIIe siècle
Encre et couleurs sur papier
Musée Guimet – Paris

Exposition : La couleur dans l’estampe japonaise
Du 22 janvier au 10 mars 2014

Musée National des Arts Asiatiques – Guimet
6, place d’Iéna- 75116 Paris

Commissariat : Madame Hélène Bayou, conservateur en chef de la section Japon du musée national des arts asiatiques – Guimet